C’est le designer Steven Miller, qui n’a pas froid aux yeux, qui m’a fait découvrir le travail de Jenny Hacker, une artiste textile de San Francisco. Il s’agissait d’une couverture – noir sur noir – avec deux textiles différents fusionnés ensemble, un côté en coton organique et l’autre en laine feutrée.

Un triomphe de la texture et de la forme, dramatique, organique, sophistiqué, sensuel, c’est l’une des pièces d’art fonctionnel les plus séduisantes que j’aie vues ces derniers temps.

Faire une petite recherche de fond pour l’interview n’était pas une mince affaire. À une époque où tant de personnes foulent les mêmes circuits de vente d’art et d’artisanat et entretiennent leurs fils Instagram avec plus de passion que leur métier, cette femme était mystérieuse. Un site web minimaliste, c’est tout ce qu’il y avait. Encore mieux. Une excursion dans le quartier délicieusement ringard d’Excelsior District à San Francisco était un bon début.

Il en va de même pour la visite du garage transformé en atelier : une cuve de quelque chose en train de cuire dans un coin, quelques bouteilles contenant une autre expérience (des teintures faites maison à partir de fleurs dans le jardin), des tatamis au sol, des chaises Knoll vintage, un assortiment de livres sur la mode qui fait saliver, des figurines d’anime japonais… Oh, et une vieille presse typographique nichée sous une table de travail.

Source : handfulofsalt.com

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *